L'ARTILLERIE ANTICHAR ALLEMANDE...

L'ARTILLERIE ANTICHAR ALLEMANDE DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

L20220293
En stock
37,82 €

Le 15 septembre 1916, les premiers chars d’assaut britanniques montent à l’assaut des lignes ennemies, la nouveauté de la menace contraint l’Armée allemande à concevoir, dans l’urgence, armes et munitions capables de s’y opposer. Au printemps 1918, commence la distribution du Tank-Gewehr, fusil antichar au calibre de 13 mm, tandis qu’à la veille de l’Armistice, sont mis en service les premiers canons antichars, 3,7cm Tankabwerkanone, mais sans avoir eu le temps d’achever la mise au point des munitions idoines.

Dans l’entre-deux-guerres, l’emploi de l’arme blindée s’impose dans tous les états-majors; en parallèle, l’arsenal antichar s’adapte aux améliorations apportées aux chars, qui, désormais, bénéficient, entre autres, de blindages de meilleure qualité, plus épais et mieux profilés. Le fusil antichar n’est alors plus qu’une arme d’appoint utilisée contre les véhicules faiblement blindés, tandis que l’emploi du canon tracté se généralise, mais son nécessaire usage en première ligne exige une arme discrète et aisément manoeuvrable par ses servants.

 

Paiement Sécurisé

 

Livraison

  Appelez-nous

(+33) 01.79.75.05.50

 

Le 1er septembre 1939, le canon antichar de 3,7cm en service dans la Heer pèse moins de 450 kg et ses projectiles percent 30 mm de blindage à 500 mètres. Au printemps 1940, cette pièce affiche ses limites face aux chars de l’Armée française. S’enclenche, dès lors, une course, qui, chaque année, voit la mise en service d’un nouveau calibre, 5cm en 1941, 7,5cm en 1942, 8,8cm en 1943, avec, certes, un accroissement constant des performances, mais également une augmentation de poids incessante.

En 1944, les dix tonnes du projet d’une pièce de 12,8cm remettent en cause la raison d’être du canon antichar tracté. Qui dit pièces tractées, implique l’existence d’un important parc de véhicules dédiés, surtout quand a été mis sur pied un corps spécialisé, celui des Panzerjäger, censé être motorisé. Or, avant même d’entrer en guerre, le parc automobile de l’Armée allemande est, déjà, largement hétéroclite. Ses premiers succès, à l’Ouest et à l’Est, lui offrent un heureux et large appoint, aussi bien en tracteurs de prise, qu’en pièces antichars capturées, tout en complexifiant d’autant la gestion des approvisionnements en munitions et rechanges.

Auteur 1
Loïc Charpentier
Date de publication
Mars 2022
Pages
160
Illustrations
Environ 300 photos et profils
Couverture
Reliée
Format
21x28.5 cm
Langue
Français
Editeur
Editions Caraktère
EAN
9782916403533

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...