Les 170 jours de Diên Biên Phu - Convoi 42 Agrandir l'image

Les 170 jours de Diên Biên Phu - Convoi 42

COLLLIV089

Utilisé

Les 170 Jours de Diên Biên Phu et Convoi 42 sont le fruit de deux années d'enquête menée par Erwan Bergot auprès de centaines de survivants. Les témoignages ainsi recueillis dressent un tableau saisissant et tragique de cette bataille où le courage se mêle à la solitude et la souffrance.

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

23,70 €

Fiche technique

Auteur 1 Erwan Bergot
Date de publication 1ere edition 1979 - Imprimé 2004
Pages 624
Couverture Reliée
Langue Français
Editeur France Loisirs

En savoir plus

"LES 170 JOURS DE DIEN BIEN PHU" 20 novembre 1953. Dans le cadre d'une opération de routine, deux bataillons de parachutistes s'emparent d'un petit village du Haut-Tonkin : Diên Biên Phu. Dans les semaines qui suivent, d'autres unités, parachutistes, tirailleurs, artilleurs, légionnaires viennent prendre leur place au sein de ce qui devient l'un des plus importants camps retranchés d'Indochine. Peu avant Noël 1953, Giap, le général vietminh, envisage de mener à Diên Biên Phu la bataille décisive. Navarre, le commandant en chef, accepte le combat. Ce combat s'engage le 13 mars 1954. Il dure cinquante-sept jours au terme desquels, à bout de munitions, coupés de tout, les derniers défenseurs français cessent le feu. Au plan stratégique, Diên Biên Phu n'est pas un événement essentiel dans la campagne militaire d'Indochine. Et pourtant, depuis 1954, ces trois syllabes, qui ont amené la France à négocier, sont devenues le symbole de la fin des grands empires coloniaux. Après deux années d'enquête, réunissant les témoignages de centaines de survivants, Erwan Bergot brosse un tableau saisissant et tragique de ce que furent ces cent soixante-dix jours de Diên Biên Phu : l'évolution du camp retranché, l'organisation des positions, "Béatrice", "Ellene", "Gabrielle", etc.; les heures dramatiques de la bataille; mais surtout la solitude, le courage, l'abnégation, la souffrance des hommes. Ces hommes qui sont des témoins irréfutables : ils étaient aux premières places.

"CONVOI 42" est l'histoire d'un groupe de soldats de Diên Biên Phu, capturés le 7 mai 1954, rassemblés en brousse avant d'entreprendre la longue marche qui les mènera, 700 kilomètres au nord, dans le camp "de rééducation par le travail et le repentir". Il y a "Jo" Allenic, le saint; Mallier, fragile et dévoué; Phongue, l'Eurasien fidèle; Margoz, le légionnaire vaguement anarchiste; Azam, le gendarme solide; Norris, l'irréductible. Et les autres, uniquement préoccupés de survivre, lâches ou courageux, la plupart terrorisés à l'idée de la mort. Mais la mort est à la fête. Sur les 400 prisonniers que comporte à son départ le "Convoi 42", 83 vont disparaître au cours de la longue marche. 250 reposent, à jamais, dans les londrières de l'effroyable camp "42". Moins de 70 recouvreront la liberté. Quelques témoignages ont été déjà publiés sur les "Camps de l'enfer vert". Peu d'entre eux ont rendu compte de l'essentiel : la lente dégradation des corps, mais surtout cette transformation morale où la haine des autres, le mépris de soi-même sont autant d'étapes vers le désespoir absolu. Un point de non-retour dont on ne guérit jamais tout à fait. "Jusqu'où peut-on accepter la déchéance pour survivre ?" demandait "Jo". Lui seul connaît la réponse. On n'invente pas l'horreur; dans "CONVOI 42", tout est vrai. Sauf les noms, les survivants les reconnaîtront. C'est à eux qu'Erwan Bergot a voulu dédier ce récit.

Bon état

Trusted Shops Reviews

Accessoires